kite boat trip - grenadines

Trips et voyages

Modérateurs : boZZo, stef

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 4724
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Port-St-Louis du Rhône

Re: kite boat trip - grenadines

Message par balboxl » mer. 4 déc. 2019 22:56

Bah, tu me connais, j'étais quand même en combi (4/3) pendant ce trip.
Question choc thermique, au retour, je me suis direct fait une session snowkite, par -10°C, c'était sympa.

En fait, le reste du trip a été comme les premiers jours : chouettes paysages, eau chaude, etc,... trip au top, mais, sans vouloir cracher dans la soupe, à part 2 sessions (celle en foil à Mayreau le 7ème jour, et celle dans du 3 m du 11ème jour à Palm Island), c'était pas des grandes sessions de kite :
-vent autour de 15 nds constant, pas hyper fort. Un seul spot de vrai flat glassy, les ruines de la marina à Union. Je me rends compte que je suis habitué à de vents rafaleux, et qu'à part pour les trucs sur lesquels je suis en progression (les kiteloop et le déhooké), bah dans des vents trop propres, je prends pas le même plaisir. J'aime bien la petite rafale soudaine qui fait qu'un des sauts monte bien plus haut que les autres, d'un coup...
-des conditions de décollage / atterrissage difficiles, qui faisaient que je naviguais seul la plupart du temps... Dommage quand on est avec des potes kiters, de ne pas partager les sessions.
-des bonnes vagues, mais pas du 3 mètres non plus, sauf une session.
Bref, le vent est plus régulier, plus garanti qu'aux Bahamas (12 à 15 nds ENE ou E hyper réguliers, VS du 8 comme du 35 nds...), mais, de toutes les bases de chez Moorings que j'ai fait (îles vierges britaniques, polynésie, grèce, seychelles), bah pour l'instant, question diversité des sessions, qualité des spots, possibilité de kiter facilement en laissant le bateau dans des bons mouillages, bah je n'ai pas encore trouvé de truc au niveau des Bahamas.

Ils confirmeront ou pas, mais je pense que Giarmo & Casual ont dû un peu se demander comment cela se faisait qu'il y avait autant de vidéos de kite dans les grenadines... Ils ont un bon niveau, au-dessus de 90% des rider qu'on voit sur les spots, avec du bon matos (foil, so² 18...), mais n'ont dû faire chacun que 4 à 5 sessions courtes (je viens de recompter).

Je pense que même pour quelqu'un qui a un bon niveau, tu ne navigues aux grenadines que si tu engages un minimum (que tu acceptes de risquer du matos pour une session, et que tu sois bien à l'aise avec le drift launch et décos étriqués), ou si tu es en boudin, et que le prof te décolle dans l'eau...
Si un jour je change de job et deviens skipper d'un gros cata pour emmener des kiter (le genre de trucs qui te trotte dans la tête pendant ces trips), je baserai pas le bateau aux grenadines pour les raisons au-dessus (et puis, il y a déjà beaucoup de concurrence), mais plutôt aux Bahamas donc.
58kg-FS So² 15+11+6, Gx HydraV6 7
TT Kriss Custom Kookaboora, Foil Rupel F-1, Skim manta badshark 48, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 4724
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Port-St-Louis du Rhône

Re: kite boat trip - grenadines

Message par balboxl » jeu. 5 déc. 2019 20:02

9ème jour
Dur levé, avec à notre droite la plage au cocotier couché, à notre arrière, le double pestacle d'un cata qui rate son départ de corps-mort (mais comment peut-on ?! :shock: ), avec à son bord une mannequin en une pièce / bikini asymétrique de toute beauté (désolé, pas de photos), et à notre avant, toujours les tortues.
Avec lesquelles on va re-nager, et on va aussi refaire coucou à nos langoustes.
tortue.jpg


Puis on bouge le bateau un peu plus au vent, se mouiller dans le bleu / blanc du sable sous le vent de la barrière de corail, à côté de la langue de sable de la pointe de Baradal.
baradal.jpg

dessous.JPG
Bateau dans le bleu clair, moins de fond et on en ferait le tour à pieds...


La plage est pas top pour décoller (morceaux de corail) et il y a un gros panneau "interdit de kiter", plus des bouées qui délimitent une zone de baignade.
spot depuis mouillatge.JPG
La pointe de sable est en arrière-plan.


Et c'est truffé de tortues, pas farouches du tout, il a fallu couper les gazs du hord bord lorsqu'on est passés entre deux à l'aller.
Ça, et un vent faible et fluctuant, font hésiter Giarmo et Casual.
J'y vais quand même en so² 15 et foil, fait 20 mètres pour m'extraire, et me fais choper par la barque du parc national, juste au moment où j'allais traverser le mouillage, et me faire le slalom au milieu d'une grosse vingtaine de voiliers.
Comme je leur dit que je ne vais pas repasser vers l'île et sa zone de baignade, ça se passe, et je repars; mais ça a refroidi Giarmo et Casual.
Le vent est à la fois fort et faible, et il y a un clapot issu de deux houles croisées. Bref, je foire mes jibes, et me prend même des bûches en pleine ligne droite.
Comme le paysage est quand même fantastique, et qu'il n'y a pas grand chose d'autre à faire, bah ça part en balade.
Je vais au vent pour m'approcher le plus du reef, puis repasse au milieu du mouillage, passe sous le vent de Baradal (juste une petite alerte de la sonic), en me grattant un 50 pieds au passage. Remontée et retour au vent de Baradal, puis j'entame le second tour, plus ambitieux : grande descente au vent, puis contournemment de Jamesby, l'île en bas à gauche de la vue au-dessus, et à gauche sur cette photo :
pano.jpg


En arrivant sous le vent de Jamesby, je vois la grosse marmite de courant, je me dis que ça pue, je prend plus de distance par rapport à l'île... Malgré cela, première alerte de magik 15, je jibe, l'aile tombe en feuille morte, aïe aïe aïe... Elle est en position de redécollage, mais il n'y a plus de vent, j'attends... Balloté à droite à gauche par le courant, lignes détendues...
Une rafale rentre, l'aile monte, puis s'écroule à mi-hauteur, c'était juste un rotor. L'aile redécolle quelques - longues - minutes plus tard, elle a un peu bue, elle monte en s'ébrouant, puis fait un 180° et retourne à l'eau bien plus vite qu'elle n'est montée, arg...
Je suis toujours dans le gros nœud de courant, mais le 3ème redéco sera le bon. Je vois direct que l'aile est déchirée, en deux endroits, ma 15 est décidément plutôt en fin de vie. Je m'extrais au plus vite, sans trop brusquer l'aile pour autant, afin de la ménager.
Posé au cul du bateau (pas trop envie de re-titiller les gardes du parc en retournant à la plage), en libérant l'annexe cette fois, afin qu'elle dérive et donc ne pas trop tirer sur l'aile lorsque j'enroule les lignes.

J'aurais de la couture, mais ça, ça sera après la vodka / limonade / je-sais-plus, et la sieste qui s'ensuit, histoire de laisser passer le grain.
grain.jpg
Et au final, on a enchaînés direct sur un dîner sur la plage, langouste au BBQ préparée par les locaux, à un tarif très raisonnable, et avec un punch dosé bien fort.
Alphonso et la salle de restau.jpg
On a fait le trajet avec le taxi / restaurateur, le 75 cv avec carène en V, c'est assez impressionnant comment ça envoie. Et la salle de restau est sympa.


10ème jour
Début de répa de la 15. Je me fais 2 H-Rib avant le petit déj', puis un bout d'une déchirure, le long d'un inter-caisson.
Je suis habituellement pas du matin mais là, j'aime bien ces moments. Je pense que c'est pas trop le décalage horaire, mais plutôt le fait que les rideaux ne masquent pas le soleil (et puis, même si la caution du bateau est sur la CB de ma sœur, je le surveille aussi la nuit, donc ne masque pas les capots), donc je me réveille tôt, avant les autres (Casual se lève avec le soleil, mais se recouche en général). C'est con pour le reste de l'équipage, qui me reproche plutôt de jamais lâcher et d'être un peu trop actif, mais c'est le moment de la journée ou je suis posé (bon, je me fais en général la vaisselle, écrire le journal, la répa de la 15, la préparation de la nav, un peu de préparation du petit déj,... :oops: ... et merde, j'ai vraiment du mal à rien faire !).
Puis balade à terre, l'île du parc naturel est bien mise en valeur, avec plein d'espèce de cactus, des iguanes, des chemins bien entretenus.
mouillage.JPG

crew.JPG


Snow-curling au retour, écourté par un bon gros grain qui envoie du 35 nds et pas mal d'eau.

Le grain s'arrête, et je sors la soso, au cul du bateau. Je la déroule dans l'eau, mais il y a du vent, pas mal de clapot, et -ce que j'avais pas tilté - pas mal de courant.
Une vague me chope l'aile et ça tire trop, je saute à l'eau car je me fais arracher de l'annexe. L'aile est pleine de flotte, je dérive vite, impossible de la monter... Je passe au ras des bateaux qui sont sur corps mort, sous notre vent.
J'arrive au final à la décoller, mais impossible de remonter au bateau en nage tractée, il y a vraiment du courant. C'est là que je percute pourquoi je me suis fait éjecter à l'eau pendant le drift launch. Giarmo prend l'annexe et m'apporte ma kooka 8-) .
Petite session dans ce clapot croisé, pas assez toilé pour vraiment sauter en 6 (une vingtaine de nœuds), et comme peu après avoir décollé, la sortie d'air s'est ouverte, bah l'aile n'est pas assez stable et franche pour aller sur le reef et sauter.
Donc session courte, puis poursuite du needle-pass sur la 15 durant l'aprèm.

Une journée de plus en enfer...
coulé de choleil.JPG
58kg-FS So² 15+11+6, Gx HydraV6 7
TT Kriss Custom Kookaboora, Foil Rupel F-1, Skim manta badshark 48, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Perrinkite
Messages : 630
Inscription : mer. 22 août 2012 16:06

Re: kite boat trip - grenadines

Message par Perrinkite » ven. 6 déc. 2019 09:23

Au top tes CR Xav comme d'habitude. :cool:

Par contre, je comprends pas ceux qui ont la flemme de kiter, ok le vent est un peu limite, les aires de déco tendues …. mais quand tu vois les paysages et la température c'est quand même dommage de passer à côté de telles navigations.

à mois que se soient l'alcool et ta sœur qui les aient distraits….
S3 12 DLX, Naish Pivot 7 & 10
surfkite Waves 1.57m, Split Surfkite NEWIND, FireWire Hellfire 5.6

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 4724
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Port-St-Louis du Rhône

Re: kite boat trip - grenadines

Message par balboxl » ven. 6 déc. 2019 11:56

J'en suis arrivé à penser que tout le monde n'a pas la même manière de kiter. Et pour que j'en arrive à penser ça, c'est qu'il leur a fallu me le dire un paquet de fois, j'ai du mal à conceptualiser qu'on ne puisse pas être à fond. Surtout que Causal et Giarmo, c'est quand même des passionnés, qui organisent leur vie autour du kite...

Faut juste croire qu'on peut pas être à fond partout, tout le temps.
Joe Bar Team - T6-043.jpg
58kg-FS So² 15+11+6, Gx HydraV6 7
TT Kriss Custom Kookaboora, Foil Rupel F-1, Skim manta badshark 48, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Avatar de l’utilisateur
giarmoleol
Messages : 1129
Inscription : ven. 5 juil. 2013 08:04
Localisation : Le Jaï / Le cavaou - Almanarre / Ayguade

Re: kite boat trip - grenadines

Message par giarmoleol » ven. 6 déc. 2019 16:56

Perrinkite a écrit :
ven. 6 déc. 2019 09:23
Au top tes CR Xav comme d'habitude. :cool:

Par contre, je comprends pas ceux qui ont la flemme de kiter, ok le vent est un peu limite, les aires de déco tendues …. mais quand tu vois les paysages et la température c'est quand même dommage de passer à côté de telles navigations.

à mois que se soient l'alcool et ta sœur qui les aient distraits….
:D

Ce n'est pas la flemme de kiter !
Balboxl edulcore franchement les choses.

Perso, je ne navigue pas pour dépasser les limites encore moins pour épater la galerie. Je navigue pour le plaisir d'être sur l'eau et de profiter de la balade détendu. Pour ça j'ai besoin d'être serein. Pas serein => pas de plaisir.

Quand un paramètre est au rouge, je m'en accommode et fait une session courte pour ne pas trop tenter le diable.
Mais là sur une bonne partie des spots tous les paramètres étaient au rouge pour le kite. Entre les déco pas assez grands pour étaler l'aille et checker le suspentage (je ne parle même pas de démêler les lignes) completement déguelasses et enconbrés au point que tu sais que tu vas arracher des suspentes et te flinguer les pieds, le Off, les obstacles partout, les spots de 50m de large au vent des mouillages avec la forêt de mât prête à cueillir ton aile, le courant de plus de 2kn qui en cas de soucis de fait dériver 4 bons km le temps que les potes se rendent compte que ça fait 15min qu'ils n'ont pas vu ton aile, qu'ils commencent à envisager que t'es en galère, qu'ils rentrent, posent sortent l'annexe, commence à se demander où ils t'ont vu pour la dernière fois et commencent à chercher (je navigue assez souvent en bateau et ai fait suffisamment d'entraînement de manoeuvre d'homme à la mer pour savoir que passé 100m ou quelques secondes d'inattention tu ne vois plus la tête hors de l'eau d'un gars; alors chercher un pote dans une zone de plus de 4km de long)...

Ces coins sont tellement paradisiaques et il a tellement de manière d'en profiter à la cool de manière plaisante, que j'ai du mal à concevoir le besoin irrépressible, pressant et systématique d'aller se mettre dans le dur, à casser du matos à chaque sortie et à avoir besoin de l'assistance des potes ou de l'annexe une fois sur 3 pour se sortir de situations scabreuses, de se retrouver avec les pieds dans l'état de ceux de balboxl à la fin du trip...
FS Speed III 21, Sonic FR 11, Sonic2 6 - Foil Gong Hellvator, Spleene Zone, skim Mantafoil BadShark
Dans la naphtaline au fond du garage : Cabrinha Crossbow 13, JBK Speed Crossing

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 4724
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Port-St-Louis du Rhône

Re: kite boat trip - grenadines

Message par balboxl » ven. 6 déc. 2019 17:09

T'aurais dû voir mes pieds en fin de trip en polynésie :lol: ! (Je ne mets jamais de chaussons quand l'eau est chaude, même quand je nav dans les vagues sur du reef.)

C'était sympa d'avoir de l'assistance à la moindre petite chose, cela dit, à une exception près peut-être, j'avais prévu mes coups pour pouvoir m'en sortir tout seul (j'essaye de ne jamais avoir à compter sur une sécu). Ça m'aurait coûté des grosses marches ou des grosses nages, et j'étais très content quand l'annexe est arrivé (en général pour me filer ma board suite à des drift launch hasardeux), mais ça passait.
58kg-FS So² 15+11+6, Gx HydraV6 7
TT Kriss Custom Kookaboora, Foil Rupel F-1, Skim manta badshark 48, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Cleden
Messages : 4
Inscription : mer. 9 janv. 2019 09:27

Re: kite boat trip - grenadines

Message par Cleden » ven. 6 déc. 2019 20:04

Super trip en tout cas, j'ai eu l'occasion faire un peu le même en partant de Guadeloupe en 2009. Je n'ai pu naviguer que deux fois il me semble, une fois à Union et à une autre à Tobago Cays. Je ne faisais pas de foil à l'époque et n'avais qu'une 11 à boudin pas très puissante mais plus pratique pour partir du bateau. Ça reste un de mes plus beaux souvenirs de voyage mais plutôt pour la navigation et les paysages que pour le kite (en foil + caissons ce serait une tout autre histoire).

Merci pour le récit.

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 4724
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Port-St-Louis du Rhône

Re: kite boat trip - grenadines

Message par balboxl » ven. 6 déc. 2019 22:42

J'ai tenu un rythme d'une session mini par jour, voir deux.
Le point d'orgue pour moi, la session du 11è jour :

11ème jour
On tente "petit tabac", qui est un ilôt juste au vent, toujours dans les Tobago Cays, très tentant avec sa langue de sable.
petit tabac.jpg


Le mouillage est par contre très étriqué, pas mal de houle passe par dessus le reef, et une autre partie s'enroule et rentre, il y a 18 nds, ma sœur qui resterait à bord (elle ne kite pas) ne se le sent pas, donc on va sur Palm Island.
Palm Island, c'est une île privatisée par un hôtel 5* ++, on mouille sous le vent, dans un très joli cadre.
pano.jpg


Petit coup d'annexe pour contourner l'île, faut avoir le bon timing pour passer entre 2 séries qui balayent bien, et faut passer au bon endroit. On arrive sur la plage, et après 50 mètres de marche, ô miracle, de l'autre côté de la pointe au vent : une grande zone d'herbe, dégagée, qui prend en direct le vent, et qui fait 50x100m.
palm island.jpg


Il y a de l'air mais les mémères au large ont l'air velues, il y a un bon shore break, et la plage pour se mettre à l'eau est plein ON, fait 70 mètres entre deux pointes en rocher, va falloir toiler pour s'en extraire.
Du coup, je me retrouve seul, pendant que les deux crypto-gays qui n'aiment pas kiter (ça doit être ça ;) ), vont se faire le tour de l'île, main dans la main (ça doit être ça ;) ).
L'extraction se passe très bien, en 2 courts bords je suis dégagé du bord d'une bonne centaine de mètres, et du shore break. Puis vient le moment de passer le peak, là c'est pas la même, c'est gros, très très gwo. Je m'y reprends à 2 fois, après avoir lâchement fait demi-tour, puis passe un peu en force.
Chaque pointe fait une vague, c'est plein ON, il y a donc une droite et une gauche. Au vent, il y a 4000 milles d'Atlantique, et les fonds remontent d'un coup, ça arrive donc à pleine énergie. Sur la droite, ça envoie à largement plus de 3 mètres parfois. Avec 10-14 nds de vent plein ON, c'est trop gros et donc trop rapide pour moi, je n'ai pas toujours assez d'air pour que ça drift.
Et puis surtout, malgré que je sois en TT, j'aime pas surfer trop vite, trop agressif, j'aime bien me laisser porter par la vague, lignes pas trop tendues, et si je fais ça, bah je ne me décale pas assez vite, et je me fais évacuer par la mousse, façon chasse d'eau.
Je préfère donc prendre la gauche, elle est un peu moins grosse, et son épaule se décale moins vite, il y a donc moyen de revenir dessus en re-entry. Et en plus, ça doit pas être pile plein ON, donc l'angle pour maintenir la voile est meilleur.
Une grosse grosse session donc. Ça vaut le coup de se mettre un peu dans le rouge pour des sessions comme ça, et donc à mon sens, faut toujours tenter. C'était une session qui restera gravée dans ma mémoire, malgré l'absence de photos.

Ensuite, pour que les loulous puissent naviguer eux aussi, et car le mouillage est très rouleur, on retourne à Union Island, le spot de flat sous le vent de la ville principale., celui de la marina abandonnée.
Giarmo fait l'impasse (...), et Casual vient.
Je sors la 15, la prépare sur un carré d'herbe, puis la met à l'eau. J'en chope les deux avants, les tire pour qu'elle se gonfle... Té con :shock: !, elle se gonfle tellement, que je me fais éjecter à l'eau. Je dérive donc, et galère à dérouler mes lignes, j'ai un demi tour de barre d'avance sur une ou deux, ça le fait pas... Puis, je galère à la gonfler, 2 oreilles sont verrouillées entre elles, chacune est prise dans le bridage de l'autre :evil: .
Il y a 2-3 autres groupes de kiters avec chacun une annexe, un vient m'aider mais ce n'est pas très utile car il ne connaît pas assez les caissons. Bref, j'enroule les lignes, remonte à l'aile, la dé-bloque, puis re-déroule.
Je suis déjà bien au milieu de la baie, et je suis bien bien chaud, la tourette n'est pas très loin. L'aile décolle, je choque, rien ne se passe, il y a un tour de border/choquer autour de la barre... :twisted: Je suis bien bien toilé, et barre bloquée, ça pousse fort, je me donne quelques minutes, avant de tout planter et rouler. Je refais un tour de barre, perdu, mauvais sens.
Deux autres tours de barre plus tard, c'est gagné :) , il n'y a plus qu'à remonter plus de 500 mètres en nage tractée. A mi-distance, une nana arrive en annexe et je lui taxe une board (135x43 très elliptique, une horreur - la nana était mignonne par contre ;) ), que je vais lui rendre une fois remonté au vent, et que j'ai récupéré ma kooka.
Bonne session freestyle dans du flat, bien toilé en 15. Tout y passe, darkslides, one-foot, heart attack... 8-) Je me venge un peu de mon décollage guignol.
L'heure réglementaire plus tard, je vais voir où en est Casual de son décollage (c'est pas le plus rapide à gréer :P ... surtout s'il attend de voir comment ça se passe pour moi :oops: , puis se fait mettre quelques boudins sur ses lignes).
Je le trouve en train de rouler sa 10, "j'ai pas mon harnais", tss... :roll: Un petit aller-retour en kite au bateau pour le récupérer, et je lui passe ma 15, et je décolle sa 10.
Alors comment dire... Casual n'a pas apprécié ma 15, et vice-versa. Lui me dit qu'elle est mal réglée, et moi, vu ce que j'ai vu avec sa 13 à Mayreau, et ce que je vois sur le coup, je pense qu'il y a une partie du problème qui se situe entre la board et la barre. Bref, les sonic, c'est des ailes qui paraissent très faciles, mais qui ne le sont pas forcément.
Et comme le décravatage c'est pas sa spécialité (non, ce n'est pas en secouant la barre comme une maracas qu'on déroule une cravate :x ), je gueule "un peu".
Surtout que pendant ce temps, je suis en plage basse / moyenne avec sa soul 10, que j'aime pas, mais alors pas du tout :( . En plus, il a la nouvelle barre FS, qui, comme il le dit lui aussi, est pas du tout adaptée aux caissons : arrières plastifiés impossibles à choper, pas de butée de b/c pour le freestyle (ou le buggy), et extrémités de barre trop peu creuses pour accueillir les lignes (je vous dis pas pour rouler ou dérouler en plein eau...).
Bref, je déteste sa barre, j'aime toujours pas la soul (quel veau, mais quel veau ! :x ), et j'aime pas comment Casual s'y prend avec ce qu'il reste de ma 15.
On se laisse pas abattre quand même, session kiteloop, il n'y a que ça pour que la soul se réveille un peu, et encore, ça boucle court, mou, sans accélérer, sans booster à la ressource... :|
Puis sur un n-ième jibe en laissant la 15 partir à contre choquée, celle-ci se venge, Casual laisse la cravate se propager et le papillon se faire, et il se retrouve avec un beau noeud pap', bien centré. Je retourne en kite à l'annexe, la décroche, laisse dériver (avec la 10 m² toujours au bout des lignes, ça dérive vite), pose dans l'eau, roule, puis vais récupérer Casual (et ma 15 - et sa board).

Petite explication croisée, puis je mets à sécher ma 15 sur l'île (elle ne séchera pas), et y retourne avec la soul, histoire de se changer les idées, en foil. Quelques bords, puis je refile sa soul à Casual, lui passe le foil, je reprends l'annexe, et l'accompagne pour un petit cours de foil.
Il se prend quelques bûches qui lui font les tibias et les sinus, et pendant ce temps, je me fais les bras à la rame (histoire de pouvoir s'entendre, je ne mets pas le moteur).
Les tentatives se poursuivent jusqu'à la nuit tombée, c'est pleine lune.
mayreau le soir.jpg


Casual commence à s'en sortir, et on a dérivé de moins d'une demi-baie. Retour, puis on se fait déglinguer par les 'stiques pendant qu'on roule ma 15.
En on enchaîne direct sur l'apéro, que Giarmo et "Sue Hellen" ("tu es ivre, Sue Hellen) ont déjà bien attaqué. On tient la conso, notre 1 litre de rhum par soirée, à 4.

12ème jour
Même spot, same players play again.
Je décolle la soul 10 de Casual, toujours en drift launch. Quelques bords, bien toilé (même toilé... j'aime pas), puis je la passe au harnais à Casual.
Faut par contre reconnaître que pour le drift launch dans la dévente, la soul est plus facile que ma so² 6. Ça finit laborieusement par le faire, puis je rejoins Causal, et une nana en Cabrinha 12.
Soso est un poil légère dans les molles, j'alterne TT et foil. Sur ce trip, j'aurais utilisé tout le matos, avec toutes les combinaisons (le TT et le foil, avec la 15 et la 6), plusieurs fois. J'ai trouvé mes 23 kg idéaux.

Puis Casual perd une lentille de contact, Giarmo me pose la 6 (y a moyen de poser sec, si tu restes le corps dans l'eau au posé), et je récupère la soul 10. Quelques tirs pendant qu'un grain passe, c'est assez sympa que d'arriver sous le vent des palétuviers, et de mettre des transitions backloop - kiteloop avec la board dans les branches. Puis ça baisse, la nana en cabrinha galère à redécoller, de mon côté je galère à assez remonter au vent pour faire des sauts, qui ne sont pas hauts, donc fin de session.
Ailes sèches, c'est toujours ça de pris.
On change de baie pour aller faire les formalités de sortie. Un des water taxi nous propose des langoustes, d'habitude on dit non. Il y en a toujours 4 ou 5 qui viennent dès que tu arrives, avant même de mouiller ou prendre le corps mort, car un paquet de gens ne savent pas prendre un corps-mort ("la question, c'est : mais comment ?!").
Cette fois, il montre la marchandise, et on craque. Après négo, on repart avec une moyenne et une très grosse langouste, contre 220$ caribéens (75€) et une bière.
langoustes.JPG



En fait, on a eus les yeux plus gros que le ventre, car il s'avère qu'à elle seule, la moyenne nous fait le déjeuner à 4 !

On fait les papire (arbeit) et un peu d'avito avec ma sœur, pendant que Casual & Giarmo finissent leurs papattes de langoustes et nettoient le carnage en cuisine.
cauchemard en cuisine.jpg
Ça, c'est la moyenne. La grosse ne tenait pas dans le plat...


Et l'on se dirige vers Petit St-Vincent & Petite Martinique, des îles au vent de Carriacou, qu'on n'avait pas faits à l'aller car appartenant aux Grenadines (dont on vient de faire la sortie, mais l'on peut encore y rester 24h).
Mopion Island, petit îlot de sable isolé de carte postale, est idyllique mais pas top du tout pour le mouillage, et limite trop petit pour un déco de toute manière. On mouille sous le vent de Petit St-Vincent, belle plage mais île décevante : elle a été privatisée et des panneaux (et gardiens) sont là pour le dire.
Pas de session donc, par contre, on attaque la grosse langouste, celle là aussi il y a de quoi manger dessus !
moon.jpg
Ce soir, c'est full moon
58kg-FS So² 15+11+6, Gx HydraV6 7
TT Kriss Custom Kookaboora, Foil Rupel F-1, Skim manta badshark 48, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 4724
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Port-St-Louis du Rhône

Re: kite boat trip - grenadines

Message par balboxl » sam. 7 déc. 2019 16:39

La fin :cry:

13ème jour
Il nous faut rentrer, mais on ne calcule pas vraiment la route (ce que c'est que de skipper à 2...). On s'arrête en fin de matinée pour kiter dans le petit détroit au sud de Carriacou, le spot avec une belle langue de sable que l'on avait fait à l'aller.
saline.jpg
Ce n'est pas une photo à nous, mais elle montre bien le spot. La pointe de sable de départ est au fond à gauche, derrière les 3 bateaux.


Toilés limite à l'inverse des gabarits : je pars en 15, Casual en 13, et Giarmo grée sa 11. Enfin essaye de gréer, car il a une poulie de cassée... Décidément, on n'aura navigué qu'une seule fois tous les 3 ensembles sur ce trip.
Avec Casual, on essuie un bon grain qui doit monter dans les 20-25 nds, la 15 monte bien à cette occasion, tellement que je me fais surprendre, histoire de montrer à Casual & Giarmo comment on défait une belle cravate quand on n'a pas osé renvoyer assez franchement :) !
Giarmo grée la soul 10 de Casual, mais celui-ci rentre, ça baisse, et lui passe sa 13. Giarmo part en balade upwind avec son skim, je suis toujors en kooka et le vent a baissé, donc plutôt que de me sortir les doigts pour le suivre, j'abats pour aller chercher le foil sous le vent :D .
Une traversée un peu osée de banc de patates se termine au-dessus du reef, il y a 30 cm d'eau, ça passe sur quelques dizaines de mètres, ailes du foil au ras de la surface ("sluuuUUUUuuurp..."), puis arrivé vers la fin, il y a le clapot qui déroule, le stab touche, et plouf, enfin, plaf.
Quelques heures plus tard, je remarquerai qu'un bout de corail est resté incrusté dans le bord d'attaque d'une pointe de stab, souvenir, souvenir.
Retour downwind à surfouiller et à me prendre des bûches dans la longue houle, puis Giarmo refile le pack sonic² 13 + skim à Casual, et c'est cours de jibes pour lui.
Vu qu'il n'a jamais trop tenté de toe-side en TT, la barre est haute.
On rentre au bateau, et on continue dans l'erreur et on farniente un peu, puis déjeunons, toujours au mouillage... Une fois repartis, on s'aperçoit que le vent est tombé à une douzaine de nœuds, qu'on est au grand largue, et qu'on a 30 milles à faire, pour moins de 4h de jour, ça va être compliqué !
Autant dire qu'heureusement qu'il y a les bourrins, et la plein lune, on a dû arriver un peu avant 20h (le soleil se couche vers 17h30-18h).
C'était quand même une belle dernière session, ça valait le coup, et puis avec les cartes, la pleine lune, et un choix de baie pas trop risquée pour le mouillage, ça l'a fait large.

14ème jour
Courte nav' et arrivée à la marina, qui pour une marina, est quand même assez chouette aussi.
marina.JPG


Bagages, board bags, piscine, douche, dans le désordre...
boardbag.jpg


Le restau est chouette, et le fait d'avoir remplacer les classiques chats de restau par des coqs est dépaysant !
maître coq.jpg


Retour sans encombres dans nos pénates respectives. Texas puis plate-forme off-shore ("zone sèche" : pas d'alcool) pour l'une, sessions Berckoises pour Casual, le taff direct pour Giarmo vers Aix, et un choc thermique pour moi à Toulouse, avec un tour de moto dans la montagne noire, dont les 30 dernières bornes se termineront gelé sous grosse drache, et une session snowkite Pyrénéennes par -10°C...
vol départ.JPG
La vie de château pourvu que ça dure !
58kg-FS So² 15+11+6, Gx HydraV6 7
TT Kriss Custom Kookaboora, Foil Rupel F-1, Skim manta badshark 48, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Répondre